• Matériel & Prise de vue

    Cette page a pour but de vous guider dans le choix de votre matériel photographique, de vous orientez sur le type de format travailler (jpeg,raw), avec quel(s) logiciel(s) de post production optimiser vos clichés et enfin de vous proposer une méthode de post production.

     

    1. Le Choix de l'appareil photographique

    Vous devez identifier ces trois problématiques, à savoir :

    - Quel est votre budget maximun? (appareil + "périphéries")

    - Quelles sont vos besoins artistiques? (paysage, portrait, studio, reportage, animalier, sportive...)

    - Avez vous un poste de travail suffisant  pour gérer votre flux de production? (ordinateur, écran, logiciel(s)...)

     

    La première chose à déterminer c'est votre budget maximum à investir appareil photo et périphéries (cartes mémoires, accus supplémentaires, logiciels... ). Aujourd'hui l'offre numérique est très variée et en sans cesse évolution, les tarifs proposés extrêmement variable allant de moins de 100 euros à plus de 6000 euros (du compact premier prix au réflex professionnel plein format)

    A cela il faudra ajouter, une "sacoche fourre tout" ou "sac à dos" pour ranger et protéger votre matériel (de 15 à 250 euros), personnellement je suis un adepte de la marque Lowerpro. Des cartes mémoires suffisantes, dont le prix varie en fonction de la marque, de la capacité de stockage et du flux de transfert des données. Et enfin, si vous avez optez pour un reflex ou hybride inévitablement des objectifs (j'y reviendrais ultérieurement).

    *Au sujet des cartes mémoires, je ne peux que vous conseiller d'utiliser les marques "Sandisck" ou "Lexar". Ces cartes sont des références, elles sont garanties au minimum 10 ans (parfois à vie), elles sont fiables et proposent souvent un logiciel de restauration en cas de perte de données. Mon avis: ne pas faire l'impasse sur cet achat prioritaire, il serait dommage de retour de vacances d'avoir perdu ces clichés suite à un bug de la carte mémoire (et cela arrive!). Privilégier plusieurs cartes de 8 ou 16 Go, qu'une seule de 32 gigats. Privilégiez des taux de transfert rapide (+ 120mb/s) surtout si vous avez un capteur hautement défini (+ de 16 millions de pixels) ou si vous faites de la vidéo.

    Deuxième chose essentiel à déterminer: quel type de clichés souhaitez prendre et à quelle fréquence? Posez vous ces questions :

    - Suis je plus souvent à l'intérieur ou à l'extérieur?

    - Suis je plutôt statique ou dynamique?

    - Est-ce que je pratique la photo occasionnellement, régulièrement ou intensivement ?

    - Mes sujets sont plutôt "nature" (paysage, animalier, botanique...), "sportif" (sujet mobile à très mobile), "people" (studio, famille, portrait) ou "reporter" (évènementiel)?

     

    Et enfin dernier critère important à prendre en compte et souvent négligé, ce sont les périphéries, c'est à dire le poste de travail (ordinateur) le stockage (disc dur externe) et éventuellement pour ceux qui souhaitent imprimer leurs clichés, les imprimantes. Si vous ne possédez aucunes périphéries listées, désolé de vous annoncer que votre budget va s'alourdir considérablement, mais vous n'avez pas le choix, il faudra passer au tiroir caisse!

    Pour résumer, le choix d'un appareil requiert une grande réflexion,  il faut murir son projet et ne surtout pas acheter sur un coup de tête. Anticipez en ciblant vos besoins et anticipez pour les 5 à 10 ans à venir, le numérique est une technologie qui évolue considérablement au fil des ans comme ses périphéries!

    Voyons à présent quel appareil numérique choisir...

     

    Les Compacts

    Les moins chers de tous les appareils, les plus petits aussi, ils se font discrets dans un sac, une poche, disons qu'ils sont pratiques mais pas pour un usage régulier ou exigeant. Ils sont doté tous plus ou moins de petit capteur. Dépourvus quasiment tous de visée optique vous devrez cadrer avec l'écran LCD. Les qualités optiques sont très disparates entre les marques, mais permette un usage "familiale" encore une fois pratique.

    Il existe des compacts "expert" de bonne qualité et de 500 à 700 euros environ (à ce prix vous aurez l'opportunité de travailler en Raw - fichier brut). Les marques Nikon - Canon - Fuji - Olympus sont à conseiller.

     

    Les Bridges

    Appareils se positionnant entre les compacts et les reflex, ils sont les "tout en un", un couteau suisse si je veux résumer ce produit. Pour celui qui veut s'initier au numérique sans alourdir sa facture peut s'orienter sur un brigde. Des progrès ont été réalisés sur la qualité optique notamment, toutefois privilégiez toujours la référence du zoom optique au zoom numérique proposé par les marques (zoom numérique = recadrage du zoom optique = détérioration extrême de l'image). Moins réactifs que les reflex et étant dépourvu de visée optique (électronique et/ou écran LCD), ils sont néanmoins plus discrets que les reflex et réservent des programmes assez bien calés (mode scènes). Vérifier la qualité de l'optique (zoom plus moins lumineux), le rapport idéal serait celui qui couvre du grand angle (24-28mm) au téléobjectif (200 à 300mm).

     

     Les Hybrides

    Grand succès de ces dernières années, ces appareils ont trouvé leur place entre compact expert et réflex. Avantages, ils se font plus discrets et les capteurs sont de taille correcte (soit 4/3, APS-C et plein format). Inconvénients, obligation d'investir dans un parc optique et la visée est soit inexistante (visée par écran LCD), soit il s'agit d'une visée électronique (de plus en plus aboutie). Leurs prix se rapprochent de celles des réflex experts et professionnels donc peut atteindre des sommets!

     

    Les Reflex

    Voici la catégorie reine pour celui qui veut faire de la photographie (je n'ai pas dit de la vidéo!). Pour satisfaire tout "client" les marques proposent différents produits à partir de 500 euros (format APS-C). Attention toutefois lorsque ces mêmes marques proposent des kits, la qualité optique n'est pas toujours avérée, privilégiez un boitier nu associé à une optique de qualité. N'oubliez pas une optique de qualité dure et pourra être utilisée 10, 20 ou 30 ans plus tard, tandis que les appareils évoluent tous les ans!

    Les principales atouts du réflex sont la visée, "l’œil dans le viseur" (on cadre comme en argentique) et le choix considérable du parc optique. Ce qui différencie les boitiers "Pro" des autres, c'est la taille du capteur correspond au plein format "24x36", appelé "Full Frame", pour les autres il s'agit du format APS-C (deux fois plus petit). Les capteurs Pro "FF" sont les plus chers, mais aussi les plus performants, en particulier dans les hautes sensibilités (quand la lumière fait défaut), comptez pour un boitier nu 1600 à 3000 euros.

    La qualité des boitiers experts (capteur APS-C) a considérablement progressé ces dernières années, de de 700 à 1600 euros environ, vous aurez le choix de trouver votre bonheur.

    Les capteurs (APS-C) ont un avantage sur le "Full Frame", ils permettent un taux de grossissement x1,5 ou x 1,6, donc très utile en photo animalière ou sportif. Ils sont également plus véloces sur le rafale, enfin ils demandent des optiques "moins exigeantes" que le "FF", et par conséquent optiques moins onéreuses!

    Le véritabe atout de posséder un capteur plein format, c'est sans aucun doute une visée 24x36, on voit "grand et clair". De plus la restitution de qualité de l'image est optimum, chaque détail est présent, c'est croustillant! Enfin vous avez plus de latitude pour jouer sur les profondeurs de champs (PDC) avec des optiques lumineuses, un vrai plus pour le portrait, ou détacher une zone dans un décor.

    *Renseignez vous sur le marché de l'occasion auprès d'un revendeur professionnel (matériel contrôlé), il y a des affaires incroyables, le prix d'un boitier peut être divisé par  2 ou 3, ce qui ne divise pas pour autant sa qualité!

    Une référence absolue neuf et/ou occasion que je vous conseille StudioGonnet (près de St Etienne (Loire).

             

    Comment définir et choisir une optique de qualité

     

    Concernant le choix de vos optiques, c'est encore une fois lié à vos besoins artistiques. On peut débuter avec un caillou "tout en un" (18-200 / 28-300) qui sera très pratique à l'usage mais pas aussi performant qu'une optique spécifique, donc de qualité.

    Ce qui fait un bon choix d'optique est celle adaptée à vos besoins, une optique lumineuse si possible (f1.8-2.8) ce qui permettra entre autre de gérer une belle "PDC", d'éviter d'utiliser le flash (lumière naturelle) et de pouvoir gérer des prises en faible luminosité.

    Si elles sont fixes, elles seront forcément de meilleures qualités, notamment en terme de "piqué", en revanche vous devrez vous déplacer pour cadrer et jouer avec l'environnement. Notez qu'une optique ne réagira pas de la même manière d'un boitier à un autre.

    Parfois les boitiers proposent une stabilisation d'optique, il existe des optiques stabilisées qui permettent de gagner 2 à 4 diaphragmes pour figer à main levée ses clichés (risque du flou de bougé du photographe).

                   

    2. Quel type de format: Raw ou Jpeg?

    Le format le plus populaire est évidement le "Jpeg" parce que lui seul permet une diffusion rapide et instantanée (presse, web, impression). Lorsque vous êtes pris par le temps et/ou que vous ne souhaitez pas gérer la post-production, cela sera sans nul doute ce format là qu'il faudra choisir (c'est le format par défaut des appareils).

    Retenez ceci: Vous perdrez plus de 80% des informations capturées à la prise de vue si vous sélectionnez le format jpeg! Sans compter qu'en plus d'être une capture destructive, vous perdez l'avantage de travailler en post-production de manière optimale.

    La traduction de "Raw", terme générique de tous les marques, serait brut. Chaque marque et chaque modèle de celles-ci propose un format  Raw propre. Il vous faudra posséder un "Dérawtiseur" capable de lire toutes ces informations et l'inconvénient sera d'en connaitre tous les rouages pour savoir les développer. En revanche le grand avantage du Raw, c'est son mode non destructeur qui permet de  travailler à souhait sur le fichier, en quelque sorte c'est le "Négatif" du numérique!

    Il vaut faudra donc acquérir un logiciel soit propre à la marque, souvent gratuit mais limité en production, soit un logiciel tiers, les plus connus étant Lightroom, Photololab ou encore Gimp pour le monde libre. Il en existe une multitude d'autres pour tous les budgets, sont cités sont des référence et permettent un travail cohérent et professionnelles comptez entre 70 et 300€ (ou sous forme d'abonnement), Gimp étant gratuit (alter égo de photoshop).

    Ensuite viendra le temps de l'apprentissage pour comprendre les informations contenues dans le fichier Raw, pour les interpréter et leur donner toute leur splendeur. Je ne vous cache pas qu'il vous faudra une bonne dose de patience et de persévérance pour en comprendre toutes les subtilités, mais le format "Raw" deviendra une évidence dans votre méthode de travail, cela sera d'autant plus vrai lors de prises de vue difficiles (basse lumière, balance des blancs inadaptée, sujet difficile à traiter...)

    Pour conclure je dirai: ce qui était impossible au format jpeg à cause de son mode destructeur et dépouillé d'informations, le sera sans aucun problème avec le format Raw. Le format brut a une plus grande latitude de traitement.

     

    3. Quelle est l'exposition idiéale?

    Une exposition idéale est une exposition qui permet d'augmenter la plage dynamique du capteur de l'appareil, en débouchant les ombres (éviter ainsi l'apparition du bruit numérique) tout en évitant de "brûler" les hautes lumières (zone blanchâtre extrême).

    Inévitablement il faudra faire un choix dès la prise de vue si vous choisissez le format Jpeg, car il sera impossible ou très difficile de privilégier les basses, des hautes lumières! En revanche, en sélectionnant le format Raw, il y aura toujours la possibilité de jouer sur l'exposition en post traitement avec une marge de manœuvre non négligeable (dépendra du type de capteur et de sa génération).

    Enfin, je vous conseille de sélectionner une sensibilté basse de 100-200 iso, pour augmenter la dynamique de vos clichés et éviter que le bruit numérique apparaisse (bien que les capteurs contemporains font des prouesses de 3200 à 6400iso).

     

    4. Quel logiciel utiliser pour la post production?

    La quintessence de vos clichés ne prendra effet qu'avec un traitement complet du fichier brut (Raw). A ce jour il existe de très nombreux logiciels en constante évolution, notamment dans la gestion du bruit numérique et des outils de travail localisés, ils proposent des approches plus ou moins complète du traitement d'image, d'archivage, d'inscriptions de méta données... J'en ai cité quelqu'un en sus.

    Sachez qu'à l'achat de votre produit un logiciel "basique" (celui de la marque) est souvent livré avec votre appareil ou téléchargeable sur leur site. Ces applications permettent de se familiariser avec des outils basiques (balance des blancs, exposition, contraste, accentuation...)

     

    5. PC ou MAC?

    Éternelle question qui fait et qui fera toujours débat... Microsoft ou Apple!

    Quelque soit votre choix notez ce qui suit avant de vous décider et faire le meilleur choix, le plus évident pour vos besoins:

    - Particulièrement si vous travailler en Raw, l'ordinateur doit être un poste de travail dédié à la production et non un multimédia

    - S'assurer que les logiciels que vous possédez sont compatibles avec lvotre PC/Mac

    - S'assurer d'une configuration Ram suffisante (4 à 8 Go minimum) et d'une carte graphique de gamme moyenne (puissante si video)

    - S'assurer que l'écran soit au minimum de 21 pouces (27 recommandé) et bien détaillé (définition, colorimétrie élargie).

    NOTA BENE: prévoir en plus 2 discs durs externes pour les doubles archives de vos prises de vue (le disc dur de l'ordinateur sert uniquement  pour la production).

    Personnellement à mes débuts j'avais opté pour un portable 17 pouces Asus typé "Gamer" (7 ans d'utilisation, un exploit en informatique!). Après une très longue réflexion, j'ai franchis, sans regret, le monde apple avec un imac 27 pouces, idéal pour travailler sereinement.

                      www.nicolasgiraudphoto.com